Fin de rétention administrative pour le papa ulissien

Le 17 mars, la préfecture de l’Essonne a demandé à mettre fin à la rétention administrative de M. Tounkara car « la mesure d’éloignement dont il fait l’objet, ne peut être immédiatement exécutée ». Dès lors, il n’est plus retenu. Et il a retrouvé sa famille.

On pourrait en être pleinement satisfait, une famille réunie, c’est que du bonheur !
On peut aussi lire que M. Tounkara n’est pas encore autorisé à séjourner en France, et qu’il doit donc quitter la France illico presto …

Dites, madame la préfète, n’avez vous pas oublié de proposer à ce couple de déposer un dossier de demande de régularisation, car « il est démontré que ça ne sert à rien de les maintenir dans cette situation de clandestins » ?
C’est en tout cas ce que nous vous demandons !

Publié dans Annonces, justice, Pétitions, Solidarités | Laisser un commentaire

Parlons le François

Chère présidente de région, cher président de la république,

Savez-vous que les maliens, sénégalais qui travaillent plus pour gagner moins, à Rungis comme sur le marché des Ulis, parlent français ? Il parlent même plusieurs autres langues, acquises au pays et pendant toutes les migrations, dont celle qui les mène en France. C’est une richesse culturelle immense, c’est aussi un avantage certain quand il s’agit de (sur)vivre dans un pays peu connu pour sa connaissance et son usage d’autres langues. Allez donc en préfecture (Évry, lundi prochain, pour un petit déjeuner solidaire, par exemple) le matin, et écoutez la diversité côté demandeurs de titre de séjour, et la bonne volonté des agents d’accueil : heureusement que celles et ceux qui parlent français traduisent les mots administratifs déjà un peu difficiles à comprendre …

En passant … M. Tounkara Brahima parle français !

Madame, monsieur les président-e-s, libérez M. Tounkara, laissez le travailler et s’occuper de sa famille.

Publié dans Annonces, justice, Solidarités | Laisser un commentaire

Tremblez puissants, le peuple bouge

Que retenir de l’actualité de cette fin de semaine ?

L’ASTI [Association de Solidarité avec Tou-te-s les Immigré-e-s] des Ulis, jeune association liée à la construction de la ville (ben oui, les décideurs, c’est une chose, les vrais travailleurs pas fictifs, c’en est une autre), organisait une marche POUR la solidarité. Terrifié, le pouvoir envoyait quelques forces de l’ordre les surveiller. A part ça, tout s’est bien passé, et la ville des Ulis a une nouvelle fois accueilli  une marche (*), avec des sans-papiers. Merci aux ulissien-ne-s croisé-e-s, dont celui qui lisait Saïd Bouamama ! Merci Simone d’être revenue parler des sommets africains !

Et la pétition [resf.info/p3158] continue d’être signée. Malgré la volonté administrative d’éloigner M. Tounkara , sa femme, ses enfants et des soutiens ont traversé le monde pour aller le voir au CRA du Mesnil-Amelot. Vous savez, celui du film Samba. Oui, il a nos 06, et le téléphone qui va avec. Son ancien téléphone a été gardé parce que c’était un modèle avec caméra. En panne, mais c’est quand même interdit …

(*) Exemples récents, auxquels ajouter une célèbre marche à travers la France, mais… chut … il se dit que des ulissiens l’ont accueillie et en parleront bientôt :

Premier tract

Aux Ulis, accueil chaleureux de la marche du Grand PARIS

Publié dans Annonces, manifestations | Laisser un commentaire

Politique du chiffre

Vol Air-France 914, Paris – Bamako – Abidjan , tous les jours à 15H10, souvent en retard. Retour direct depuis Abidjan dans la foulée, faut rentabiliser l’avion
Prix brut : 1836€ pour un aller-retour. Compter au moins 2 escortes-boys, pas de supplément bagages. Et comparer avec le prix d’un titre de séjour (qui aura de toute façon été payé à un prix exorbitant par celui qui l’obtient en un temps inacceptable) et des taxes et impôts que le travailleur payera.

Décidément, ceux qui utilisent les ressources de la France, sont de bien piètres calculateurs …

Publié dans Annonces, Migrations, Solidarités | Laisser un commentaire

Non à l’expulsion !

Nous apprenons le transfert à l’aéroport de Brahima. Comme elle est rapide la justice, avec certains plus particulièrement… Justice de classe, hélas.

Alors comme ça, les 1800 signatures en 5 jours à la pétition de demande de libération, les demandes des élus dans ce même sens, ça n’est pas pris en compte ?

Ne pas autoriser le séjour d’une famille entière, c’est condamner les enfants. Ce sera des coûts humains pour tous, des coûts financiers pour la société. N’est-ce pas ridicule d’avoir ce genre de choix à assumer, mesdames et messieurs des ministères et préfectures ? Une autorisation de séjour, c’est tout ce qu’il fallait pour qu’une famille vive de ses revenus …

On est tristes, mais pas abattus. Coumba, Boubou, Noukhoussa, on vous soutient. On reste solidaires.  Des papiers pour tous, des papiers pour Coumba !

Publié dans Annonces, justice, Solidarités | Laisser un commentaire