Guet-apens répétés dans les préfectures de l’Essonne et de Paris

Au revoir Bekhan, Mariana, Magomed et Akhemed, dublinés en Pologne ce matin, expulsés manu militari sans aucun bagage. Les enfants de l’école du Bosquet aux Ulis ne reverront plus leurs deux petits copains de 6 ans et 4 ans à la rentrée.
Les services des préfectures semblent, à qui les pratique, bien engorgés. En revanche pour expulser une famille tchétchène cela se fait en moins de 20 heures, l’efficacité et les compétences hexagonales se révèlent brillamment grâce à une coordination sans faille des services concernés  Mais il est vrai qu’ils ont tous un certain entraînement.
Ce matin donc, mercredi 25 octobre, à Roissy, Bekhan Y, MarianaY, Magomed Y et Akhemed Y, le père, la mère et deux petits de 6 et 4 ans, ont été embarqués pour Varsovie contre leur gré . Là en Pologne, ils risquent fortement d’être renvoyés en Tchétchénie, terre qu’ils fuyaient. Ils sont comme on dit « dublinés » ! C’est-à-dire que selon des accords européens signés à Dublin en 1990 puis réformés en 2003, les demandes d’asile doivent être traitées dans le premier pays où sont prises les empreintes des personnes. Sans tenir compte ni de leur volonté ni de leur liberté de circulation. Bien au contraire…
(lettre reçue de Claude Peschanski, Observatoire citoyen du CRA de Palaiseau)
Un complément : en fait il semble qu’ils dépendaient de la préfecture de Paris, en tant que Dublinés ils étaient convoqués tous les 2 mois, une sorte d’assignation à résidence, et pour la dernière convocation le retour était visiblement prévu : conduits à Roissy vers 18h , ils ont été embarqués dans un avion à 6h du matin….
Ce contenu a été publié dans justice, Migrations, Solidarités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *