Communiqué de presse de la coordination des sans-papiers 75 – 26 mars 09

Le ministre des Maliens de l’extérieur est venu à Paris du jeudi 19 au dimanche 22 mars inclus, pour rendre visite aux Maliens de France.
Des responsables de la CSP 75 se sont donc rendus et ont été reçus à l’hôtel parisien du ministre vendredi dernier.
Nous lui avons parlé de l’occupation de la Bourse du travail de Paris et lui avons demandé d’intervenir auprès du ministre français de l’immigration pour arranger une rencontre avec nous, en vue d’obtenir la régularisation de tous les travailleurs sans-papiers isolés de la Bourse du travail.
Nous avons essuyé un refus. Nous lui avons expliqué que nous ne nous attendions pas qu’il négocie directement notre régularisation, mais simplement qu’il arrange une rencontre.
Le refus du ministre a été maintenu.
Nous l’avons invité à venir nous rendre visite à la Bourse du travail.
Sa réponse a varié selon les différents moments de l’entretien : d’abord un oui, ensuite un non, et, pour finir, qu’il y réfléchirait. Dimanche 22, jour de sa visite éventuelle, c’est en vain que nous l’avons attendu.
À l’occupation de la Bourse du travail de Paris se relayent plus de 1300 travailleurs sans-papiers, dont la grande majorité sont des Africains, mais représentés au total par 17 nationalités différentes.
Les Maliens sont à eux seuls plus de 700, la plupart venant de la région de Kayes. C’est-à-dire que cette occupation est actuellement, au niveau international, la lutte qui voit la participation malienne la plus importante et la plus en vue.
Est-ce qu’un ministre des Maliens de l’extérieur, venu rendre visite aux Maliens de France, peut légitimement ne pas rendre visite aux Maliens sans-papiers, qui contribuent si fortement, par leurs transferts d’argent, à l’économie malienne et qui mènent, dans la capitale même de la France, une lutte historique pour la reconnaissance de leurs droits de travailleurs et d’êtres humains ?
Peut-il continuer à être un membre légitime du gouvernement malien ?
Si la réponse du gouvernement en place est oui, cela fait douter que ce gouvernement se considère encore comme celui d’un pays indépendant.
Et cela veut dire que cette visite du ministre malien en France avait en réalité d’autres buts que ceux affichés.

Attention ! Le ministre français de l’immigration n’est plus le même, il ne s’appelle plus Hortefeux, il s’appelle Besson, et c’est ce dernier qui, comme par hasard, va se rendre au Mali samedi prochain.
Les visées de la France restent inchangées : la signature des accords France-Mali sur l’immigration choisie.

Attention ! Ne baissons pas les bras, restons mobilisés, au Mali comme en France, pour empêcher la signature des accords !

Paris, 26 mars 2009

Ce contenu a été publié dans Annonces. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.