Assez de la Xénophobie et du racisme à Mayotte. No pasaran ! (communiqué ASTIPA)

Le CSP des Ulis est d’accord avec le message suivant de l’ASTIPA de Guyane [Association de Solidarité avec Tou-te-s les Immigré-e-s et les Peuples Autochtones] :

« Depuis plusieurs semaines une minorité de la population de l’île dans plusieurs villages isolés s’en prennent violemment à des migrant-es et à leur familles. […]

La non intervention des forces de l’ordre, parfois présentes, qui laissent ces fanatiques imbéciles saccager des habitations et intimider les migrant-es marque une complicité criminelle des autorités. […] Cette inaction complice révèle une nouvelle fois les tactiques mise en place par l’État colonial visant à favoriser la xénophobie. Une xénophobie construite par les autorités coloniales et qui s’illustre par la création des frontières entre Mayotte et ses îles sœurs comoriennes où la libre circulation régnait depuis des siècles. Le visa Balladur mis en place en 1995 pour réglementer la circulation entre les îles de l’archipel mais aussi avec Madagascar est l’un des symboles les plus néfastes de ces politiques. […]

Il n’en reste pas moins inconscient et imbécile de croire que ce sont les migrant-es, nos frères et nos sœurs « étrangers-ères» précaires et encore plus inégaux avec les citoyen-ne-s français-es qui sont responsables des maux de Mayotte. Ce sont elles / eux aussi des victimes de cet État colonial et libéral. Il est irresponsable de penser que ce sont les pauvres qui sont responsables de cette inégalité et de la pauvreté extrême dans laquelle se trouve la grande majorité de la population de l’île. Ce sont les politiques de l’État français soutenues désormais par l’Union Européenne qui sont les responsables directes de ces tragédies. Ce sont certains élu-e-s de l’île aux discours xénophobes et racistes qui sont responsables de ces actes odieux.

L’ASTIPA est solidaire de toutes les victimes de ces actes xénophobes et racistes odieux qu’elle dénonce fermement.

L‘ASTIPA soutient les associations mobilisées ( associations comoriennes, associations d’habitants expulsés, Cimade, etc.) sur le terrain en lutte contre ces actes xénophobes et racistes rappelant avec effroi les heures sombres de notre histoire.

L’ASTIPA rappelle enfin que seule l’ouverture des frontières, l’arrêt immédiat des politiques xénophobes et coloniales de la France ainsi que l’autodétermination des peuples autochtones et le respect des accords de décolonisation signés par la France stopperont ces actes criminels et xénophobes. »

Communiqué de presse de l’ASTIPA contre les violences xénophobes à Mayotte mai 2016

Ce contenu a été publié dans Annonces, Migrations, Solidarités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.