Si la solidarité devient un délit, nous demandons à être poursuivis pour ce délit !

Aujourd’hui, en France, il est devenu criminel d’accueillir, d’accompagner,  ou seulement d’aider une personne en situation irrégulière…
Le 18 février 2009, à 7 h 45 du matin, la police frappe à la porte d’une bénévole aux Restos du coeur et à l’association Terre d’errance. Depuis deux ans et demi, cette femme organise les dons de nourriture et d’habits pour  les migrants qui errent autour de Calais dans l’espoir de passer en Angleterre. Elle recharge aussi leurs portables. Les policiers lui ont dit : « on vient vous chercher pour vous mettre en garde à vue, pour flagrant délit d’aide aux personnes en situation irrégulière ».
L’interpellation le 16 février 2009 d’Hamid, un sans-papier accueilli par la communauté Emmaüs de Marseille Pointe-Rouge, s’est transformée le 17 février 2009, en opération policière dans cette communauté. Ainsi, sur décision du parquet de Marseille une perquisition a eu lieu dans la dite communauté Emmaüs aux fins de recenser la présence d’éventuels compagnons sans papiers. Dans le même cadre, Kamel un responsable de la communauté a été mis en garde à vue pendant 6 heures le 17 février.
Ces faits s’ajoutent à une liste déjà longue de militants associatifs ou de citoyens ordinaires poursuivis pour avoir manifesté leur solidarité ou agi avec humanité à l’égard de migrants privés du droit au séjour. Alors demain, quels gestes du quotidien seront punis pour remplir les objectifs du Ministère de l’immigration ?  Votre médecin sera-t-il interpellé pour avoir soigné un  sans-papier malade, ou votre facteur pour lui avoir distribué son courrier ? L’instituteur de vos enfants sera-t-il inquiété pour avoir appris à lire à un enfant dont les parents sont en situation irrégulière ?
Nous sommes tous concernés : parce qu’avant d’être « sans-papiers », ces hommes, ces femmes et ces enfants sont des  personnes en difficulté, isolées et démunies et il est de notre devoir de citoyen de les aider dans la dignité et le respect dû à chaque être humain.
Alors si la solidarité devient un délit, nous demandons à être poursuivis pour ce délit !
Mercredi 8 avril 2009, à 13h00, à Paris, Lille, Marseille, Strasbourg, Lyon, Bordeaux, Toulouse, Rennes et ailleurs en France, nous serons 5500 à nous présenter comme prisonniers volontaires, affirmant avoir, un  jour, aidé un homme ou une  femme sans-papiers en difficulté. Nous serons 5500 citoyens décidés à rester des « aidants » !
Voir : www.delinquants-solidaires.org
SOYEZ NOMBREUX A NOUS REJOINDRE !!!!

[MAJ] Place St Michel, nous étions nombreux (un bon millier), certains venus des Ulis et de l’Essonne. Malgré une sonorisation peu efficace, on a pu entendre les responsables des associations organisatrices, des personnalités (dont JB Ayraut, Cali, Albert Jacquard…) et surtout des femmes et hommes, déclarer « Aidant(e), je suis prêt(e) à être poursuivi ».

Ce contenu a été publié dans Annonces, manifestations, Pétitions. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.