Gare au pire, car le pire n’est jamais sûr

C’est l’histoire … d’une famille, celle de Gheorghiţa, sa femme Tatiana et leur fille Gabrielle 7 ans, qui tentent de vivre à Saint-Rémy lès Chevreuse. Alors que l’on essaye de scolariser l’enfant, le logement est saccagé.

C’est l’histoire … d’une famille, celle de madame et monsieur Dibrani et leurs 6 enfants, expulsés  les 8 et 9 octobre vers le Kosovo. L’ainée, 15 ans, est arrêtée pendant sa journée au collège.

Deux exemples récents, indignes, ignobles.

Inacceptables, car qu’il s’agit de familles qui ont montré leur volonté de vivre dignement.

Inacceptables, parce que c’est la poursuite délibérée d’une politique discriminatoire, envers les étrangers.

Le collectif réaffirme son engagement et sa solidarité.

Le collectif demande la scolarisation de Gabrielle ! Le collectif demande le retour de la famille Dibrani !

Ce contenu a été publié dans Annonces, justice, Solidarités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.