La répression n’est pas une réponse au désespoir des migrants

Le collectif condamne les brutalités et violences policières à l’égard des migrants, d’élu-e-s, de militant-e-s et de citoyen-ne-s rassemblé-e-s lundi 8 juin 2015 devant la halle Pajol.

Depuis l’expulsion du « campement » de La Chapelle, des dizaines de migrants, sans solution de logement pérenne, sont condamnés à errer sans solution dans Paris et sa banlieue. Depuis plusieurs jours, ils sont harcelés, traqués, par la police qui confisque le peu d’affaires qu’ils ont et les chassent de tous les lieux où ils essayent de s’installer.

Aujourd’hui, ils dépendent quasi exclusivement de la solidarité des habitant-e-s, des associations et des militant-e-s.

Pour le collectif, une solution durable passe par un logement pérenne pour l’ensemble des migrants, des moyens pour se nourrir et un accès aux soins. Il faut aussi les accompagner dans leurs démarches administratives pour régulariser leur situation en France ou dans un pays de leur choix.

(texte largement inspiré d’un appel de « Ensemble! »)

Ce contenu a été publié dans Annonces, justice, manifestations, Migrations, Solidarités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.