Politique du chiffre : il ne faut pas que ça continue

On vous présente Brahima. Il vit en France depuis 16 ans. Il travaille comme il peut. Assez pour faire vivre sa famille, pas assez pour avoir un toit à lui. Sa femme vit en France depuis bientôt 7 ans. Leurs 2 enfants sont nés en France, ils ont 2 ans et 3 ans, bientôt 4 (en maternelle, avec un directeur qui apprécie la famille, notamment parce les parents sont présents, et la cantine payée rubis sur l’ongle). Le troisième enfant est en route. Pourvu qu’il ne soit pas orphelin de père. Car le père est au CRA de Palaiseau …


En effet, l’administration a jusqu’à présent refusé d’autoriser le séjour à ces maliens, qui sont pourtant sûrs que leur départ du pays les a protégés de la violence qui a tué le grand-père.

Voyez vous une raison pour que Brahima soit expulsé ? L’administration en a trouvé une : il a été contrôlé sans ticket de bus (oui, 2€ dans ce cas), alors qu’il mettait un point d’honneur à charger son Navigo régulièrement. Récupéré par la police, rapidement (la justice est rapide, savez-vous) il lui est notifié une OQTF avec interdiction de retour de trois ans. Et une place au CRA de Palaiseau. Et deux enfants qui demandent leur papa. Et une femme à qui on enlève son amour.

RESF est informé, une pétition est lancée. Comme aux Ulis la solidarité n’est pas un vain mot, la pluie de dimanche n’a pas empêché les 45 signatures en peu de temps, et une petite cagnotte pour la famille. (1500 signatures en ligne en 2 jours)

Les autorités et élu-e-s sont informé-e-s. Il leur est demandé l’arrêt de la rétention administrative, la levée de l’OQTF et l’autorisation de dépôt de demande de titre de séjour.

Des papiers pour tous !

Ce contenu a été publié dans Annonces, Migrations, Pétitions, Solidarités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.