Samaritains : un vrai toit, pas une rétention administrative !

Y aurait-il un monde pour les « placés », et un autre, plein de boue et d’ignominie, pour les déplacés (qu’elle que soit la raison de leur migration) ?

Par exemple : « Les services de l’État () dénombrent encore 132 (camps) dans toute la région. Des villages de cahutes ou des campements de fortune où vivent plus de 7 000 personnes (pour la plupart ressortissants européens et donc en situation régulière) dont presque un tiers d’enfants. » [Petit extrait significatif  du journal : http://www.leparisien.fr/paris-75/encore-7-000-roms-dans-les-bidonvilles-d-ile-de-france-20-10-2015-5203847.php]

Lundi 19 octobre, a eu lieu une « conférence régionale sur les campements illicites rom ». C’est bien connu, après une bonne conférence, il ne reste qu’à appliquer les solutions : pour les Samaritains, c’est « arrestations et placement au CRA » !

Dites, à la préfecture qui prend ses consignes de l’État, au lieu de mettre la pression sur des habitants (qui vivent différemment de vos normes, un peu beaucoup à cause de vos expulsions répétées), pourriez vous modifier vos priorités et reloger (ou ne pas empêcher les initiatives qui vont dans ce sens) au lieu de dépenser nos sous dans des politiques d’exclusion qui ont montré depuis longtemps, leur absurdité ?

 

 

Ce contenu a été publié dans Annonces, justice, Migrations, Solidarités. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.